«Pandora» ou la crise du récit