De l’opacité de l’écriture à la translucidité de la traduction : Texaco de Patrick Chamoiseau