Les langues des signes entre transmission naturelle et transmission artificielle