Instruction artistique et éducation esthétique au cours de la période fasciste

stefano Lentini
2021-01-01

Pour construire un consensus politique, le régime fasciste eut recours à l’art, à l’architecture et à tous les modes d’expression culturelle impliquant une dimension esthétique, comme le cinéma et le théâtre, dans le but d’éduquer le peuple en dehors de l’école. Dans le cadre des processus d’intégration et d’identification nationale, la crise du modèle éducatif de Gentile, qualifié de classique, ouvrait la voie à « l’école du travail » de Bottai. L’instruction artistique, tout d’abord vouée à l’art pur des Lycées artistiques de Gentile, s’est ensuite orientée vers l’art appliqué des Instituts d’art de la « Carte scolaire », poursuivant l’objectif de « rendre les instituts d’art plus proches de la vie », mais aussi et surtout des ambitions politiques du régime.
Art fasciste ; culture fasciste ; éducation esthétique ; instruction artistique ; pédagogie ; politique
File in questo prodotto:
File Dimensione Formato  
narratologie-12600.pdf

accesso aperto

Descrizione: Cahiers de Narratologie
Tipologia: Versione Editoriale (PDF)
Dimensione 264.65 kB
Formato Adobe PDF
264.65 kB Adobe PDF Visualizza/Apri

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/20.500.11769/516381
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact